Will Always Return

Road Of Life. Des terres inaccessibles, la tranquillité et le calme inexistants. Une route infinie ...
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Les cœurs déchiquetés qui parlent aux fantômes

Aller en bas 
AuteurMessage
Stir it up



Messages : 31
Date d'inscription : 16/12/2009

MessageSujet: Les cœurs déchiquetés qui parlent aux fantômes   Ven 18 Déc - 22:39

Le loup blessé à mort qu'on regarde se taire

    Les diamants constellés qui fuient les pâles couches
    Tous les yeux de la rue qui crèvent sur ta bouche
    Le pavé que tu foules et ma voix que tu touches
    (À toi de Léo Ferré.)
Première réponse réservée à Bellachito Amor

    Tendre beauté qui s'évanouit au fil des années. Elles s'écoulent, ces années, sans même qu'on ai le temps de les chérirent. Demain, nous nous ferons vieux encore une fois. Nous serons bientôt décrépis, ô triste avenir qui nous regarde moisirent, pourquoi, pourquoi, pourquoi veux-tu nous admirer titubants de l'agonie du passé ? Cela t'amuse, n'est-ce pas ? Machiavélique destin ! Foutue destinée ! Tu nous auras car, systématiquement tu gagnes. C'est excitant de savoir qu'on tient la mort d'un individu entre ses mains ? Alors, postérité de misères parle nous de cette sensation, jubile entre tes mots alors, raconte !
    L'ombre au loin s'avance telle une silhouette princière, tel un roi des fleurs absolues et il en oublie la réalité. Le cheval tourne dans les bois aux allures d'argent, ses yeux scrutent Dame la lune toujours aussi somptueuse, il regarde les étoiles, le ciel et les gros nuages vivant la nuit, ces flasques nuages gris qui apporte cette touche mélancolique à une si belle soirée. Stir aime la nuit, il la trouve reposante et sexy à la fois. C'est dans le noir que ce passe les plus belles choses, c'est en une belle soirée d'hiver qu'il déclara sa flamme à celle qui lui fait sortir son cœur par la gorge. Après cela, il ne peut qu'adorer le ciel noir et ses étoiles.
    Une légère brise lui volait ses souffles, un tendre sourire au coin de ses lèvres s'animait avec une joie sans pareille, ah cet étalon est si... Miraculeux quand il le veut. Sa robe or s'inclinait à la lune, il lui accordait une jolie révérence avec un très grand respect. Nous, nous rejoindrons, se dit-il, tout en faisant un clin d'œil aguicheur à la lune, celle-ci avait des courbes chaleureuses à vous en donner envie de lui faire l'amour. Sauf, qu'il y a plus beau que la Dame ronde, celle qui prône ses pensées, This is love, sa belle androgyne. Sa douce et sa lumière. Il espère se perde dans l'infinie, son enveloppe charnelle valse avec le vent, il s'en fiche d'être ridicule, son âme danse ainsi que son corps. Il est en phase. Il est heureux.
    Pour venir briser son bonheur éphémère, les voix arrivèrent sans attendre, elle lui susurrais-je des vociférations dès plus horribles ! Sa tête se met alors, à tourner comme le Monde, il pousse des cris inaudibles hélas, ils raisonnent en lui ses hurlements.

      - Chut ! Chut ! Chut ! Je ne veux plus. Je ne veux plus être. Soyez souriante et sereine, laissez-moi en paix, je vous en conjure, je vous en supplie.

    Les larmes bousculèrent ses yeux, elles dégringolaient ses traits pour venir s'écraser quelque par sur lui ou sur le sol froid. Sa carcasse s'écroulait au sol, tel un cadavre qui venait de perdre son âme, il tirait son corps affaiblit vers le tronc d'un puissant conifère et s'y installa. Elles n'arrêtèrent point pendant près de deux heures. Il était comme mort au coin d'un arbre. Ses lèvres se répétaient depuis tout ce temps ces quelques mots :

      - Dans tous les poèmes il y a un loup sauf, dans le plus beau des poèmes. Elle danse dans un cercle de feu...

    Jamais, ô grand jamais il ne finissait son poème. Le silence. Le vide ! Un sourire s’agrandit sur ses commissures, une joie s'empare du visage de l'étalon. Elles n'étaient plus là... Elles vont revenir. Il n'y pensa même pas. Son corps doré ce relevait dynamiquement et il continua sa vagabonde escapade.
    Les nymphes s'écroulaient au bout de ses reins et elles chantaient de la poésie pure et simple, ô écoutez les attentivement, c'est sacré. Quelques biches l'observaient, elles étaient apeurées pourtant, Stir était la dernière personne qui aurait pus leur faire du mal. Son regard se posait sur une silhouetté blanche au loin, elle lui rappelait celle de son premier amour, la délicate et courageuse Sou. Il en fut ébahit presque, éblouit. Il la qualifia de princesse des bois illusoires, il s'avançait doucereusement de la libellule à l'allure de princesse blanche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Les cœurs déchiquetés qui parlent aux fantômes
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Temple des constellations] Lorsque les étoiles parlent [PV Shaka]
» Les mauvaises langues parlent ; les bonnes donnent des orgasmes + ANGEL
» Haiti-RD: L'ambassadeur Haitien se tait, les USA parlent
» Evans Paul dans la tourmente: les deputés parlent...
» Corruption:Les Autres Parlent... La Justice Fait Son Travail

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Will Always Return :: Road Of Life :: ( Le Secret des Nymphes )-
Sauter vers: